Anonymat & sécurité

Contourner la censure en Chine

Comment contourner la censure en Chine en déjouant le blocage de la Grande Muraille Numérique chinoise ? Il existe bien des moyens parfois très simple, parfois plus sophistiqués pour contourner cette Grande Muraille Informatique.

Censure en Chine

Le Grand Firewall de Chine

On l’appelle aussi Grand Firewall de Chine. Il ne s’agit pas d’un dispositif unique et centralisé qui contrôlerait toutes les données qui circulent sur le réseau informatique chinois. En réalité la Grande Muraille Numérique chinoise consiste en une accumulation de divers filtrages qui permettent de bloquer, souvent grossièrement les accès vers des sites étrangers, de filtrer en fonction de mot clé, de fausser les noms de domaine et la résolution en adresse IP, ce que l’on nomme aussi le DNS.
Schématiquement le Grand Firewall de Chine, ça ressemble à ceci :

Grand Firewall de Chine

Pour imiter le succès de site web comme Google, Facebook ou Twitter, les ingénieurs en informatiques de la République Populaire de Chine ont développé des services semblables. QZone, est ainsi l’équivalent de Facebook et enregistre près de 600 millions d’utilisateurs. Sina Weibo compte plus de 400 millions d’internautes utilisateur sur la principale plateforme de microblogging dans le pays. Baïdu est le moteur de recherche voulant concurrencer Google et comptabilise plus de 80 % des recherches Internet en Chine. Ces services sont évidemment très bridés et très surveillés. Un recherche sur les manifestations de la place Tian’anmen en 1989 sur le moteur de recherche Baïdu ne donnera aucune réponse correspond au sujet. De nombreux mots clés sont ainsi interdit sur le réseau Internet chinois tel que 4 juin, 89, 6.4, ou toute autre référence chiffrée à la date du 4 juin 1989. Faire une recherche avec le nombre 64 est actuellement impossible en Chine.

Contrôler à la source

Contrôle Internet en ChineDe nombreux fonctionnaires ont pour fonction de surveiller le web chinois et les réseaux sociaux en Chine. Peu à peu de nouvelles lois renforcent le contrôle d’Internet en Chine. Depuis 2012 les internautes chinois ont maintenant l’obligation légale de fournir leur véritable identité à leur fournisseur d’accès au moment de leur souscription à un abonnement téléphonique ou Internet. De même pour les accès WiFi public comme dans les hôtels, les aéroports il faut montrer patte blanche. L’accès WiFi demande d’entrer le numéro d’un téléphone mobile afin de recevoir un code d’accès qui permet de se connecter au WiFi.
Il s’agit de contrôler à la source Internet, en établissant de manière certaine la correspondance entre ce que consulte l’internaute et son identité réelle.
Mais plus de la vérification des internautes le pouvoir chinois peut compter sur une véritable armée de commentateurs qui travaillent à la bonne image du gouvernement chinois sur le web et les réseaux sociaux. Ils ont été baptisés les « 50 cents » soit 50 centimes chinois en référence au montant qui leur serait versé pour chaque message positif diffusé sur les sites web et les réseaux sociaux. Leur nombre est estimé à 300.000 commentateurs!
Et on ne parle même pas de la connivence active de sociétés internationales comme Google, Apple ou Microsoft qui sont prêtes à accepter n’importe quelle condition du gouvernement chinois pour entrer sur ce marché sans équivalent dans le monde…

Comment contourner la censure en Chine ?

Contourner la censure en ChineOn peut contourner la censure en Chine en s’adaptant comme le font les chinois. Tout dépend du problèem exact à résoudre.
Pour accéder à un site web étranger, il est parfois possible très simplement de passer de http à https. Prenons pour exemple la plateforme de blog wordpress.com qui est bloqué en Chine, il suffit d’accéder à un blog non pas avec l’url http://webcensure.wordpress.com mais avec https://webcensure.wordpress.com prouvant qu’il n’est parfois pas nécessaire de se compliquer la vie pour résoudre un problème. Voilà aussi comment contourner la censure en Chine sans peine même si ce principe ne peut s’appliquer qu’à relativement peu de cas.
Il existe le blocage par adresse IP. Ce type est de filtrage est bête et méchant et conssite à relayer dans le vide une requête vers une adresse IP précise. On peut dire que c’est le blocage de base d’un routeur. Il existe donc des listes d’adresses IP interdites qui sont tranqmises à divers routeurs de l’internet chinois. Pour contourner la censure en Chine avec un blocage d’adresse IP il est possible d’utiliser un proxy à l’étranger. Le proxy va réinterprêter la requête pour accéder à l’adresse IP bloquée.
Il existe aussi le blocage DNS. Contre le blocage des DNS, qui consiste à détourner les noms de domaine étrangers vers des adresse IP chinoises et non les vraies adresses IP des sites web étrangers on peut faire appel d’autres serveurs DNS. Un serveur DNS est le service informatique qui est capable de résoudre le nom de domaine pour le faire correspondre à une adresse IP afin de pouvoir d’y connecter. En utilisant le serveur 8.8.8.8 ou bien 8.8.4.4 qui sont des services DNS de Google un internaute chinois peut contourner le blocage du web avec ce type de filtre. Voilà donc comment contourner la censure en Chine en ce qui concerne le blocage DNS chinois.

Censure chinoise depuis Hong KongUne autre parade consiste à chiffrer tout les paquets de données reçues et envoyes et les relayer depuis un site étranger. C’est ce que fait le VPN. Le VPN est un serveur qui est peut servir de nouveau point d’entrée et de sortie sur Internet. L’accès jusqu’à ce serveur se fait par l’intermédiaire d’un tunnel VPN dont les données sont chiffrés. Les divers filtres de la Grande Muraille Numérique chinoise deviennent donc aveugles quand l’internaute utilise un VPN qui empêche l’inspection des paquets de données.

Bien entendu, le Grand Firewall s’adapte et l’usage du VPN est moins facile qu’auparavant, le système de filtrage chinois essayant de filtrer certains types de données. L’accès est ainsi beaucoup plus lent ou parfois même très perturbé.
Il faut savoir que l’Internet chinois est général très lent. C’est une des plaintes principales des internautes chinois qui se gardent bien de parler du problème de la censure. Quelle censure ? De toute manière les internautes chinois savent eux comment contourner la censure en Chine, le reste est une affaire de discrétion.

Services VPN permettant de contourner la censure de la Grande Muraille Numérique en Chine :

  • VyprVPN est un spécialiste du déblocage en Chine. Le fournisseur a développé une technologie nommée « Chameleon™ » qui s’adapte à la censure et au blocage des VPN.
  • IP Vanish a fait ses preuves pour contourner la censure numérique en Chine avec ses serveurs rapides. 2 connexions simultanées sont possible.
  • Pure VPN offre un très bon service mais il est nécessaire de commander son abonnement avant se se rendre en Chine, le site étant parfois bloqué
  • TorGuard avec un service Stealth VPN qui permet de contourner les pare-feux avec système DPI évitant l’inspection des données

 

Utiliser un VPN pour la vie privée

 

5 réponses à Contourner la censure en Chine

  • Et avec les manifestations à Hong Kong la censure affute sa lame. Jusqu’à présent, internet n’a pas été trop bloqué à Hong Kong par le régime de Pékin. Mais avec les manifestations des jeunes hongkongais le gouvernement chinois a bloqué les médias et les réseaux sociaux dans le reste de la Chine : Instagram est hors ligne et Weibo, le Twitter local, est partiellement immobilisé. La réaction ne s’est pas faite attendre. Mais même sans internet, FireChat continue de fonctionner. Et les manifestants comptent bien s’en servir.

  • Il faut savoir qu’il y a avait la Grande Muraille de Chine numérique pour appliquer la censure Internet en Chine, il y a maintenant le Grand Canon qui est la capacité d’attaque informatique de la Chine contre les sites Internet étrangers qui nuisent aux intérêts de chinois. On en est là.

  • Cette année n’a pas été bonne pour les utilisateurs chinois qui cherchent à conserver leur liberté d’internet. La « grande muraille de Chine », pare-feu de la Chine, se renforce et a maintenant des capacités de filtrage plus avancé tandis que le gouvernement a commencé à cibler et à sévir contre toute personne obtenant autour d’elle. Les services Proxies anonymes plus ne fonctionnent déjà pas en Chine, ainsi que la plupart des fournisseurs VPN, sauf ceux qui savent adapter à chaique évolution. Les sites populaires comme Google, Twitter, Gmail, YouTube et Facebook sont déjà limités en Chine – y compris la version chinoise de Wikipedia, mais maintenant, en seulement quelques jours, toutes les versions de Wikipedia sont maintenant bloquées derrière le pare-feu du gouvernement chinois, qui montre que lui aussi sait d’adapter.
    En fait chacun joue au jeu du chat et de la souris, et le dernier qui fournit l’effort prend l’avantage, jusqu’à ce qu’en face ça réponde.

  • Ca continue… Début février, le site Ifeng.com basé à Hong Kong, qui prolonge Phoenix TV sur internet a publié un extrait des commentaires politiques de Zhou Ruijin, ancien numéro 2 du Quotidien de la Libération et rédacteur en chef adjoint du Quotidien du Peuple. Zhou recommande de laisser s’exprimer des voix contraires. Il indique qu’il est indispensable et inévitable que des citoyens donnent leur avis sur les modalités de la réforme actuelle et sur sa mise en œuvre.

  • Le concept de “souveraineté de l’internet” a été utilisé pour la première fois bien avant l’élection de Xi Jinping et du « tsar chinois de l’internet », Lu Wei, directeur d’un groupe de réflexion stratégique sur la cybersécurité réunissant les principaux dirigeants chinois. Il figurait dans le livre blanc publié en 2010, mais il a commencé à être largement utilisé après l’accession au pouvoir du président et la prise de fonction de Lu Wei. Un nouveau titre – administrateur de l’internet chinois – a d’ailleurs été spécifiquement inventé pour Lu, et une grande partie du contrôle exercé sur internet s’effectue au sein d’une organisation dans un but spécifique.

Répondre à Pi. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*